Guide des sources de l'histoire du féminisme

Guide des sources de l'histoire du féminisme
En France, de la Révolution à nos jours

Fiche détaillée

<< Précédent   Suivant >>

N° fiche205
Cote11 AF
Titre du fondsArchives Marie Bonnevial
Dates extrêmes1869-1923
Volume0,10 ml
Mode d'entréeDépôt
Origine du fondsdépôt du CNFF. Détenteurs successifs : Marie Bonnevial ; puis détenteur non identifié, peut-être le CNFF ; fonds confisqué par les Allemands lors de la Seconde Guerre mondiale, puis saisi par les Soviétiques en 1945 ; restitué au CNFF en 2000, au titre des « fonds russes » rapatriés en France
Notice historiqueMarie Bonnevial (1841-1918) est une « poly-militante ». Jeune institutrice, elle a connu la Commune à Lyon : elle s'engage pour soigner les blessés. Pendant l'Ordre moral, elle refuse d'enseigner la religion : le conseil de discipline du Rhône lui interdit alors l'enseignement. Elle s'exile pendant un temps à Constantinople. À son retour, elle trouve à paris un emploi d'enseignant dans une école privée pour jeunes filles. Elle embrasse plusieurs causes : syndicalisme, socialisme, mutualisme et coopération. Libre penseuse, elle devient franc-maçonne : elle préside aux destinées du Droit Humain, obédience mixte, de 1916 à 1918. Chroniqueuse du monde du travail, elle collabore au quotidien féministe La Fronde. Féministe très connue au début du XXe siècle, elle s'est fortement investie au CNFF et à la LFDF (ainsi qu'à la Ligue des Droits de l'Homme).
Description du fondsLe fonds éclaire avant tout les premières années de la vie militante de Marie Bonnevial, dans sa ville natale de Lyon, entre 1869 et 1872, jusqu'à son interdiction d'enseigner. Ces années sont restées mal connues (ainsi, son soutien à Garibaldi est inconnu ou tu). Le fonds Bonnevial contient une riche documentation sur les activités multiples d'une infatigable militante à la tête d'une nébuleuse d'associations « démocrates » et « républicaines », ces termes recouvrant des engagements philanthropique, éducatif, patriotique, socialiste, laïque, féministe. En raison du caractère déséquilibré du fonds – qui semble avoir fait l'objet d'un tri visant à sélectionner les années lyonnaises – il n'y a pratiquement rien sur les activités de Marie Bonnevial pendant la IIIe République, alors qu'elle était une militante de premier plan, membre de nombreux mouvements et associations. Le féminisme de Marie Bonnevial apparaît peu dans le fonds, parce que la période de sa vie où l'engagement féministe est le plus net (journalisme à La Fronde, vice-présidence du CNFF) n'est presque pas représentée. Son féminisme des années 1870 est plus diffus – comme le veut l'époque – et s'exprime surtout dans les manifestes des cercles féminins qu'elle anime. On notera aussi l'intérêt du dossier relatif à la suspension de Marie Bonnevial, exemple d'une enseignante poursuivie pour avoir refusé de dispenser l'enseignement religieux obligatoire selon la loi Falloux. Plan de classement : 1 Lyon (Vie associative (1869-1872) ; Commune de Lyon (1871-1872)) 2 Autres engagements de Marie Bonnevial 3 Correspondance adressée à Marie Bonnevial (Correspondance reçue à Lyon ; Correspondance reçue après la période lyonnaise) 4 Vie professionnelle et éléments biographiques.
Sources complémentaires
Nature des documentsDocuments écrits
Traitement du fondsFonds classé
Supports pour la communicationOriginaux uniquement
Instruments de rechercheInventaire en ligne. Fonds Marie Bonnevial, 11 AF : Répertoire numérique rédigé par Corinne Bouchoux et Valérie Neveu. Février 2005. Répertoire du fonds 11 AF
Bibliographie« La citoyenne Marie Bonnevial (1841-1918) », exposition virtuelle réalisée par Corinne Bouchoux d'après le fonds 11 AF et d'autres sources, sur www.musea.fr.
Conditions de communication
Sujet(s)
Code lieuCAFangers
Lieu de conservationCentre des Archives du Féminisme
Note
Date de création de la fiche01-01-2006
Date de modification de la fiche17-12-2011
CréditsFiche créée par Archives du féminisme. Réutilisation commerciale interdite.

Accueil | Recherche avancée | Résultats de la dernière recherche | Voir toutes les fiches | Haut de page | Aide

Version en ligne du Guide des sources de l'histoire du féminisme (dir. C. Bard, A. Metz, V. Neveu) publié aux Presses universitaires de Rennes en 2006 à l'initiative de l'association Archives du féminisme. Réalisation du M2 Bibliothèques de l'université d'Angers (février 2010). Données publiées avec l'aimable autorisation des PUR et des établissements ou associations cités.