Guide des sources de l'histoire du féminisme

Guide des sources de l'histoire du féminisme
En France, de la Révolution à nos jours

Fiche détaillée

<< Précédent   Suivant >>

N° fiche93
Cotenon précisé
Titre du fondsFonds Bouglé, sous-fonds Hubertine Auclert
Dates extrêmes1876-1935
Volume14 boîtes
Mode d'entréeLegs
Origine du fondsArchives léguées à M.-L. Bouglé par Marie Chaumont, soeur d'Hubertine Auclert
Notice historiqueNée en 1851, Hubertine Auclert s'installe à Paris à 22 ans et se lance dans l'action politique, « convertie » au féminisme par la lettre de Victor Hugo adressée au banquet pour le Droit des femmes de 1872. Elle fait partie du comité d'organisation du congrès international du Droit des femmes de 1878, mais en démissionne devant le refus de Léon Richer et Maria Deraismes de la laisser intervenir sur le droit de vote des femmes. En 1879, elle l'une des sept femmes déléguées au Congrès ouvrier socialiste de Marseille. En 1880, elle refuse de payer ses impôts : « Je ne vote pas, je ne paye pas », écrit-elle au préfet dans une lettre reproduite dans tous les journaux. En 1881 elle fonde le journal La Citoyenne, qui paraîtra pendant dix ans et en 1883 le groupe Le Suffrage des femmes. En 1888 elle épouse Antoine Lévrier et le suit en Algérie où il a été nommé juge de paix. Celui-ci meurt 4 ans plus tard, Hubertine Auclert rentre à Paris et y reprend son combat pour l'obtention du droit de vote, jusqu'à sa mort en 1914. Hubertine Auclert est considérée comme la première suffragiste française.
Description du fondsLe fonds comporte 380 lettres de 1879 à 1914, correspondance presque exclusivement officielle et concernant les luttes suffragistes, les cahiers de procès-verbaux de séances de la société Le Suffrage des femmes et des carnets de dépense, cinq cahiers manuscrits de notes, réflexions et projets de discours (sur le droit de vote, le mariage, la loi salique, la situation des ouvrières, etc.). Il contient également 450 articles d'Hubertine Auclert, des articles sur elle, ainsi que les tracts, affiches, pétitions, timbres conçus par elle dans sa lutte pour le droit de vote des femmes.
Sources complémentaires
Nature des documentsDocuments écrits. Documents iconographiques. Autres .
Traitement du fonds
Supports pour la communication
Instruments de rechercheALBISTUR Maïté, Catalogue des archives Marie-Louise Bouglé, 1982, pp. 40-42 et 211-243.
BibliographieHAUSE Steven, Hubertine Auclert: the French suffragette, Yale University Press, 1987 TAÏEB Édith, Le discours politique d'Hubertine Auclert ; la Citoyenne (1881-1891), thèse de doctorat, Université de Paris 8, 2002. WIART Carole, Hubertine Auclert, une féministe en Algérie, mémoire de maîtrise, Université de Paris 8, 1997.
Conditions de communication
Sujet(s)
Code lieuBHVP
Lieu de conservationBibliothèque historique de la Ville de Paris
Note
Date de création de la fiche01-01-2006
Date de modification de la fiche12-07-2010
CréditsFiche créée par Archives du féminisme. Réutilisation commerciale interdite.

Accueil | Recherche avancée | Résultats de la dernière recherche | Voir toutes les fiches | Haut de page | Aide

Version en ligne du Guide des sources de l'histoire du féminisme (dir. C. Bard, A. Metz, V. Neveu) publié aux Presses universitaires de Rennes en 2006 à l'initiative de l'association Archives du féminisme. Réalisation du M2 Bibliothèques de l'université d'Angers (février 2010). Données publiées avec l'aimable autorisation des PUR et des établissements ou associations cités.