Des femmes au Panthéon !

Par Bibia Pavard.

 Aux grandes femmes la patrie bientôt reconnaissante ? C’est la question qui se pose aujourd’hui au moment où François Hollande réfléchit à une nouvelle panthéonisation. C’est l’occasion pour une cinquantaine d’associations féministes regroupées dans un « Collectif pour des femmes au Panthéon » d’attirer l’attention sur le faible nombre de femmes dans cette institution qui honore la mémoire et construit l’histoire. Elles ont manifesté place du Panthéon le 26 août 2013, à la date anniversaire d’une autre manifestation hautement symbolique, celle du 26 août 1970 où une poignée de femmes avaient déposé une gerbe à la femme du soldat inconnu sous l’arc de triomphe, attirant l’attention des médias sur l’émergence d’un Mouvement de libération des femmes français. Une pétition a également été lancée demandant au Président de la République de panthéoniser des femmes. Cette campagne, largement couverte par les médias, bénéficie aussi du choix de François Hollande de consulter les Françaises et les Français sur cette question. Le président du Centre des monuments nationaux, Philippe Bélaval, a ainsi été chargé de mettre en œuvre une participation via internet du 2 au 22 septembre 2013.

Actuellement, seules deux femmes reposent en effet dans ce temple de l’histoire républicaine, contre 71 hommes. La première, Sophie Berthelot, n’y est entrée en 1907 que par procuration, pour ne pas être séparée de son mari Marcellin Berthelot décédé quelques heures après elle. Personne ne songe d’ailleurs à rappeler qu’elle était elle même chimiste et collaboratrice de son mari. La seconde femme à y entrer, Marie Curie, deux fois prix Nobel, pionnière de la physique nucléaire, y entre en 1995, elle aussi accompagnée de son mari, Pierre. Devant ce criant « silence de l’histoire », pour reprendre l’expression de l’historienne Michelle Perrot, il s’agit de replacer les femmes dans le récit national.

Qui choisir ? Le Collectif pour des femmes au Panthéon en propose en particulier cinq : Olympe de Gouges (1748-1793), Solitude (1772-1802), Louise Michel (1830-1905), Germaine Tillion (1907-2008) et Simone de Beauvoir (1908-1986). Chacune d’entre elles s’est distinguée pour son engagement public contre les inégalités de races, de sexes et/ou de classes. Elles se sont toutes illustrées par leur courage à des moments clés de l’histoire, que ce soit la Révolution française, l’abolition de l’esclavage, la Commune de Paris, la Résistance ou encore le féminisme de la seconde vague. Le président de la République a donc la possibilité d’honorer des destins hors du commun qui ont été pendant longtemps refoulés hors de l’histoire nationale. Bien plus, il pourrait choisir d’honorer une féministe et par là l’importance du combat pour l’égalité entre les sexes.

Le combat actuel du Collectif pour des femmes au Panthéon s’inscrit ainsi dans une longue tradition des combats des féministes pour réintégrer les femmes dans le récit historique. Peut-être l’heure est-elle venue où ce combat sera pris en charge par la République ?

Bibia Pavard

 
Bibia Pavard. « Des femmes au Panthéon ! ». Extrait du Bulletin Archives du féminisme n° 21, décembre 2013.