Nous avons vu : Florence Tissot et Sylvie Tissot, Je ne suis pas féministe, mais…

Par Bibia Pavard.

Florence Tissot et Sylvie Tissot, Je ne suis pas féministe, mais…

Documentaire, 52 mn, 2015.

La féministe Christine Delphy est le personnage principal de ce documentaire réalisé par Florence et Sylvie Tissot. Alliant les savoir-faire de la documentariste et de la sociologue, le film intercale des extraits d’entretien avec la militante et des images d’archives. Les propos de la féministe au présent sont ainsi entrecoupés par des images retraçant ses engagements depuis les années 1970 ou des extraits de clips des années 1960 et 1970 (Sylvie Vartan « Comme un garçon » ou Lesley Gore « You don’t own me ») qui contribuent à replacer Christine Delphy dans un contexte politique et culturel. La belle photographie et la pertinence du montage mettent ses propos en valeur et rendent l’ensemble agréable à regarder. Néanmoins, les historien-ne-s des féminismes peuvent être déçu-e-s car le documentaire n’est pas un récit de vie : les origines familiales de Christine Delphy ne sont qu’effleurées et son parcours militant n’est pas retracé méthodiquement. On peut le regretter dans la mesure où elle est une des pionnières du Mouvement de libération des femmes en France et a poursuivi ses engagements jusqu’à nos jours, participant par exemple dans les années 1990 aux mouvements pour la parité et dans les années 2000 aux mobilisations contre l’interdiction du voile en milieu scolaire, dans le collectif Une école pour toutes. Certains épisodes ne sont pas évoqués, comme par exemple le conflit autour de la revue Questions féministes. Pour autant ce documentaire et l’engouement qu’il a suscité sont révélateurs de l’enthousiasme actuel d’une jeune génération pour cette figure du « féminisme historique ». Au final, le documentaire vise un public large de non-spécialistes du féminisme, il parvient à transmettre l’impertinence de Christine Delphy et à montrer que son engagement est toujours d’actualité.