Rencontre « On les appelait « Pétroleuses » ! », 12 octobre 2022 – Bibliothèque Marguerite Durand

Pétroleuse — Wikipédia
Les actions des femmes ayant participé à la Commune de Paris en 1871 ne peuvent-elles être considérées comme les premiers mouvements « féministes », tant les prises de position des communardes ont œuvré pour l’émancipation des femmes ?
Les actions des femmes ayant participé à la Commune de Paris en 1871 ne peuvent-elles être considérées comme les premiers mouvements « féministes », tant les prises de position des communardes ont œuvré pour l’émancipation des femmes ?
En effet, elles ont créé des clubs, des comités de vigilance, organisé l’Union des Femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés, pris la parole, pris la plume et même les armes.
Pour cela, les hommes réactionnaires les ont traitées de « laideronnes furibardes » et de « pétroleuses », tentant ainsi de les décrédibiliser.
Qui « elles »? Des centaines de femmes ont participé à la Commune. La seule vraiment connue est Louise Michel.
Au-travers de son nouveau livre On les appelait pétroleuses (éditions Elysad), Xavière Gauthier essaie de rendre leur juste place à plusieurs autres communardes, tout aussi importantes. Nathalie Lemel, Paule Minck, Elisabeth Dmitrieff, André Léo ont été de grandes actrices de l’histoire de France et des femmes tout en ayant des vies hors du commun.

Plus d’information