La commission audiovisuelle

La nécessité d’archives audiovisuelles

Archives du Féminisme a démontré l’intérêt de créer des sources audiovisuelles pour l’histoire du féminisme lors d’un colloque organisé à la Bibliothèque nationale de France en novembre 2004. En effet, dès les années 1970, l’apparition d’un puissant mouvement féministe coïncida avec l’émergence de nouvelles techniques audiovisuelles plus accessibles dont les femmes s’emparèrent pour diffuser leurs idées et leurs revendications. Ces films et vidéos restent souvent introuvables, si l’on excepte les travaux du Centre Simone de Beauvoir. Par ailleurs, la mémoire des luttes passées doit être sauvegardée et le recours à des témoignages filmés s’impose aujourd’hui comme une urgence. Une commission audiovisuelle s’est donc formée en 2006 au sein de l’association, composée initialement de Françoise Flamant, Hélène Fleckinger et Laure Poinsot, qui ont à leur actif des travaux cinématographiques féministes.

Le projet « Témoigner pour le féminisme »

« Témoigner pour le féminisme » est un projet mis en place par l’association Archives du Féminisme, sur une idée de Carole Roussopoulos, avec la collaboration d’Hélène Fleckinger et de Françoise Flamant, en partenariat avec Espace Femmes International (Genève) et le LIEGE (Laboratoire interuniversitaire en études Genre) de l’Université de Lausanne.

Cette initiative entend répondre à l’urgence de sauvegarder la mémoire des luttes féministes passées et actuelles et se propose de rassembler sous cette appellation des archives audiovisuelles (entretiens filmés à l’état brut, montage de rushes, documents divers…), dans une perspective de recherche. « Témoigner pour le féminisme » a pour objectif de constituer un fonds documentaire audiovisuel pour l’histoire du féminisme, en favorisant la conservation de documents anciens, la création de nouvelles archives et la circulation de ces sources. Toute autre utilisation ne pourra se faire sans l’accord des personnes concernées.

La sauvegarde des archives audiovisuelles est réalisée avec le concours de la Bibliothèque nationale de France.

La première phase du projet : intégration du matériel mis à disposition par Carole Roussopoulos

La collection Témoigner pour le féminisme a recueilli pour commencer les rushes montés du film Debout ! Une histoire du Mouvement de libération des femmes (1999) de Carole Roussopoulos, soit 21 entretiens d’une durée de 50 minutes environ chacun, avec des féministes françaises et suisses.

2e phase : la fabrication d’archives filmées

À l’automne 2006 l’équipe audiovisuelle de l’association a entrepris de réaliser des entretiens filmés auprès de personnes connues pour leurs actions et travaux en faveur des femmes (essentiellement à Paris, mais la campagne de collecte peut s’étendre à la province). Grâce aux matériels techniques prêtés bénévolement par deux membres de l’équipe, Laure Poinsot et Hélène Fleckinger, sept entretiens ont pu être menés auprès de Suzanne Képès, Anne Zelensky, Annie Sugier, Françoise Flamant, Andrée Michel, Marcelle Devaud et Xavière Gauthier. Le colloque exceptionnel « Visibilité et invisibilité des lesbiennes » qui s’est tenu à la Mairie de Paris le 19 mai dernier a été filmé dans son intégralité.

D’une durée moyenne de deux heures, parfois quatre, chaque entretien permet l’évocation du parcours féministe d’une vie, de son point d’origine à ses engagements, à travers réussites et difficultés, jusqu’à une mise en perspective à la lumière du temps présent. Les entretiens font l’objet d’une recherche préalable sur la personne interviewée et son parcours militant, préparés avec l’aide de d’historiennes spécialistes du féminisme. Le témoin est filmé dans son contexte : au domicile, au travail, dans un lieu emblématique… L’entretien est semi-directif. L’image constitue un plus dans la découverte d’une personnalité ; cela permettra d’enrichir les travaux biographiques à venir de chercheurs et chercheuses en histoire contemporaine.

Le produit final s’apparente à un document brut, avec un montage minimal. Exemple de ce travail : le film réalisé par Laure Poinsot sur Suzanne Képès, grande figure de la médecine appliquée aux femmes, quelques semaines avant sa disparition en 2005.

La diffusion

Les entretiens devront subir un processus technique qui permettra de les conserver puis de les convertir en DVD. Plusieurs copies seront réalisées pour la Bibliothèque Marguerite Durand, la BnF, la BDIC, le Centre des archives du féminisme d’Angers (qui les met à disposition des chercheurs depuis 2013). Mais au-delà de ce réseau de diffusion institutionnel et spécialisé, il est souhaitable d’atteindre une plus large audience : projections lors de colloques, diffusion dans un cadre scolaire ou associatif…

Entrepris par des militantes, bénévolement, de tels travaux impliquent de la disponibilité, des compétences techniques et des frais en achat de matériel que les ressources de l’association ne peuvent que très partiellement couvrir. Leur réalisation ne sera possible qu’avec l’aide et le soutien de concours extérieurs techniques et financiers, notamment des subventions publiques.

Cette présentation synthétise les articles d’Hélène Fleckinger (avec le concours de Laure Poinsot et de Françoise Flamant) parus dans plusieurs numéros du Bulletin : 10 (2006), 12 et 13 (2007), 16 (2009).

Etat de la collection

Voir le tableau dans la page de présentation du fonds audiovisuel du CAF.